« Il faut être précis et rigoureux, nous créons de l’artisanat industriel. »

Il y a quatre ans, si on avait dit à Séverine qu’elle enchainerait une Mention Complémentaire « Soudure » à la suite de son bac pro « Technicien en chaudronnerie industrielle », elle n’y aurait pas cru.

« J’intègre la formation à 24 ans, après avoir débuté une carrière dans la coiffure où je déchante car je ne m’épanouie pas. Suite à un bilan de compétence dont il ressort que la minutie et la patience définissent mon métier « idéal », je découvre la chaudronnerie lors de la visite du Pôle formation Auvergne. Je fais un stage d’observation qui confirme mon intérêt pour ce domaine. Ce qui me plait ? Il faut être précis et rigoureux, tout se calcule au millimètre près ».

Ce qui me plait ? Il faut être précis et rigoureux, tout se calcule au millimètre près ».

En 2017, elle valide son bac pro avec mention bien et se lance dans une spécialisation en soudure « ça me permet de proposer un profil polyvalent à mes employeurs. C’est un plus car je peux à la fois fabriquer une pièce puis l’assembler ». En tant que femme, Séverine précise qu’elle n’a jamais eu de problème pour décrocher un contrat en alternance car les entreprises misent de plus en plus sur la mixité. « Même si au début on essuie quelques a priori et que l’on doit faire nos preuves, on se rend rapidement compte que nous sommes complémentaires avec les hommes. Aujourd’hui, je constate que c’est un secteur où l’on peut évoluer professionnellement si l’on s’en donne les moyens. Et comme le secteur évolue, il y a toujours des techniques, des méthodes à apprendre… c’est motivant ! »

Pour Séverine, cette reconversion est une réussite et c’est avec fierté qu’elle évoque sa satisfaction de réaliser des pièces uniques. Comme elle aime le rappeler « à notre échelle, nous créons de l’artisanat industriel ».

© 2018 Les industries technologiques - Tous droits réservés

(Article publié sur le site des Industries Technologiques le 05/07/2018)